La victoire de la droite sur la culture

Journal du Jura en ligne 25.09.2015

La victoire de la droite sur la culture

Le TOBS et le NMB perdront une partie de leur subvention

Débat houleux hier soir au Conseil de ville. Les parlementaires se sont repenchés sur les subventions accordées au Théâtre et Orchestre Bienne Soleure (TOBS) et au Nouveau Musée de Bienne (NMB). Deux motions de la droite et des Vert’libéraux demandaient que les institutions contribuent à équilibrer les finances de la Ville. Pour rappel, le Conseil municipal avait proposé ce printemps de réduire le subside du TOBS et du NMB dans le cadre de l’assainissement des finances. Mais l’exécutif avait fait machine arrière au dernier moment en raison du fort soutien populaire témoigné aux deux institutions.

«Il n’y a pas de raison que la culture ne participe pas à l’assainissement des finances. Il n’est pas juste pour les petites institutions que le TOBS et le NMB soient épargnés par les mesures d’économie», ont martelé hier à la tribune Stefan Kaufmann (FDP) et Dennis Briechle, co-auteurs des motions.

Le débat s’est d’abord focalisé sur le TOBS, qui touche une subvention de la Ville de 3,9 mios. La motion demande une coupe de 360 000 fr. dès 2018, le même montant proposé par le Conseil de ville il y a quelques mois. Seule différence: l’exécutif imposait de renoncer à l’orchestre professionnel au profit d’un orchestre de projet alors que les motionnaires ne fixent aucune condition.

«Amputez-vous!»

Sans surprise, la gauche a volé au secours du TOBS. «C’est honteux! Vous leur tendez un couteau et leur demandez de s’amputer!», s’est emporté Mohamed Hamadoui (PSR). Fritz Freuler (Les Verts) a rappelé les dommages collatéraux potentiels de la motion: le TOBS perdrait un million de subventions au total, car celles de la Ville de Soleure et du canton de Berne seraient automatiquement réduites.

«Nous demandons de réduire une partie de la subvention du TOBS, nous ne cherchons pas à l’enterrer», a contre-attaqué Max Wiher (PVL). Son collègue de fraction Alain Pichard (PVL) a enchaîné: «Bienne est une ville multiculturelle. Le TOBS est monoculturel, il n’est destiné qu’à l’élite. Au vu de notre situation financière actuelle, nous ne pouvons pas nous permettre de subvenir aux besoins d’une institution aussi onéreuse.» L’élu s’est aussi étonné que le Conseil municipal s’oppose désormais à réduire la subvention alors qu’il en avait fait la proposition au printemps. Leonhard Cadetg (FDP) a d’ailleurs exigé un mea culpa de la part de Cédric Némitz, directeur de la Culture.

Ce dernier a assuré que le Municipal n’avait jamais dévié de sa ligne. «Notre logique était de renoncer à certaines prestations, comme l’orchestre professionnel du TOBS. Pour nous, ce n’est pas la bonne voie de réduire la subvention de 10% et de lui laisser la responsabilité des conséquences.» L’élu socialiste a ajouté que le TOBS avait été consulté: l’institution propose d’augmenter ses financements tiers, ce qui devrait permettre de réduire la subvention municipale de 100 000 fr. dès 2017. Fait rare, le Conseil de ville a procédé à un vote nominal à la demande du groupe socialiste. Par 28 voix contre 21 (et 5 abstentions) les parlementaires ont accepté la motion.

Les discussions se sont ensuite focalisées sur le sort du NMB. Le musée doit percevoir dès l’année prochaine une subvention totale de 1,9 mio, dont 950 000 fr. versés par la Ville. La motion demandait une coupe de 90 000 fr., la moitié que ce que le Conseil municipal avait proposé il y a quelques mois. Les arguments des motionnaires – et de la droite en général – ont plus ou moins été les mêmes que ceux avancés contre le TOBS. «Il y a quatre expositions par année au NMB. Pourquoi ne pas réduire ce nombre, ce qui ne porterait pas préjudice pas à la qualité des autres», a lancé Daniel Suter (PRR). La gauche a de nouveau défendu bec et ongle la culture: «Plus de 4000 écoliers ont visité le NMB l’année passée», a notamment argué Glenda Gonzalez (PSR). En usant à nouveau du vote nominal, le Conseil de ville a accepté la motion à 27 voix contre 23 (et 2 abstentions). Le NMB verra donc une partie de sa subvention supprimée dès 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *